Tchané-Yayi

Hier à la présidence de la République

Boni Yayi et Bio Tchané s’embrassent !

Fraternité Info du 3 Février 2010

L’opinion publique était loin de s’imaginer les images relayées hier sur nos chaînes de télévision. Quelques jours après l’interdiction par le maire de Djougou d’une marche en sa faveur, le président Abdoulaye Bio Tchané est allé présenter ses vœux de nouvel an au président Boni Yayi. Tout souriants, les deux présidents se sont même chaudement embrassés. L’ambiance était visiblement des plus cordiales. Dans le contexte politique actuel où l’ambiance est peu courtoise entre les partisans des deux personnalités, qui l’aurait crû ? Certainement pas grand monde, surtout que la marche de Djougou le week-end dernier n’était pas la première manifestation du genre interdite aux partisans de Bio Tchané. Mais passons. Les politiciens ont plus d’un tour dans leur sac. D’aucuns vous diront simplement qu’avec les politiciens, il ne faut jamais jurer de rien. D’où, à tort ou à raison, l’analyste politique se demande dans un premier temps si l’image projetée hier à l’opinion publique nationale n’est pas le reflet d’une bonne entente entre les deux hommes. Et si tel est le cas, comment expliquer les antagonismes inutiles sur le terrain entre les partisans des deux potentiels candidats aux élections présidentielles de 2011 ? Car, ne pas partager les mêmes idées n’est pas synonyme d’intolérance encore moins d’affrontement. L’autre interprétation qu’inspirent les images de la bonne entente entre Boni Yayi et Bio Tchané est certainement que les deux personnalités ont voulu, par leur geste, amener leurs partisans à ne pas en rajouter à la tension perceptible sur le terrain. Mais de là, peut-on déduire que l’un des deux fera taire son ambition de conduire les destinées de notre pays en 2011 ? Certainement pas. Car, rien n’exclut que l’opinion publique ait assistée à des embrassades de Judas. Toujours est-il que les accolades d’hier au palais de la présidence entre Yayi et Tchané ne manqueront pas d’apporter leur dose de quiétude dans le camp de leurs différents partisans. Le peuple en a actuellement besoin.

 

Angelo DOSSOUMOU