revirement de discours de yayi

Revirement de discours au sommet de l’Etat : Boni Yayi rend hommage au régime de Mathieu Kérékou (Un changement de discours qui ne dit pas son nom)

La Presse du Jour du 22 Juin 2010

Quatre années après avoir passé son temps à noircir le régime défunt, le Président de la République, le Dr Boni Yayi reconnaît enfin à son prédécesseur de grands mérites. Le communiqué rendu public hier 21 juin 2010 par la Présidence de la République au sujet du nouveau bâtiment qui avait été pourtant considéré comme un éléphant blanc en dit long. On est bien en droit de s’interroger sur ce qui pourrait motiver  ce revirement de discours au niveau des princes du changement.

Le Président Boni Yayi et tous ceux qui l’entourent reconnaissent enfin au Général Mathieu Kérékou et à son régime d’avoir posé des actes qui ont grandi notre pays le Bénin. Hier 21 juin 2010, c’est par un communiqué officiel que la Présidence de la République a salué les efforts qui ont été faits par le régime défunt pour doter notre pays de cette imposante infructueuse qui aurait coûté au total 17 milliards de F Cfa dont 14 mobilisés par le régime du Général Mathieu Kérékou. De mémoire de Béninois, c’est pour la première fois que le pouvoir du Président Boni Yayi jette des fleurs à celui de son prédécesseur. Tout au début de son mandat en effet, c’est par ministres interposés que le Président Boni Yayi a peint en noir le bilan du Général Mathieu Kérékou. Lors d’une conférence de presse, l’ancien ministre des finances, Pascal Koupaki n’a d’ailleurs pas hésité a affirmer que ce n’est que quelques 200 millions de F Cfa que le régime défunt a laissé dans les caisses de l’Etat. L’utilisation abuse des ordres de paiement et bien d’autres pratiques qui sont à l’antipode de l’orthodoxie financière ont été collées au régime du Général Mathieu Kérékou. En bon connaisseur de la mentalité de celui qui lui a succédé, le vieux Kaméléon n’a jamais bronché. La seule réaction qu’il a eue, c’est de limiter ses fréquentations avec le Docteur-Président. Voyant ses relations avec son prédécesseur se dégrader, le Chef de l’Etat, le Dr Boni Yayi n’avait d’autre solution que de forcer l’amitié du vieux. Plus d’une fois, on a vu le Président de la République rendre visite à son prédécesseur. Le dernier acte en date est l’entrée de Modeste Kérékou au gouvernement et pourtant, ce dernier n’a pas raté l’occasion de tirer à boulets rouges sur le régime du changement pour répondre aux attaques d’un ministre contre son père. C’est dire donc qu’à l’ère du changement, il faut s’attendre à une chose et à son contraire. En tout cas, les Béninois ne doivent pas s’étonner de voir le Président Boni Yayi restituer la vérité autour du bouclage du financement de certains grands travaux en exécution actuellement et dont les plus importants sont : le bitumage de l’axe Godomey-Akassato, la construction de l’échangeur de Godomey, les passages à niveau de Houéyiho et de l’Avenue Steinmetz. Le gouvernement semble avoir enfin compris qu’il ne sert à rien de cacher ce que l’autre régime a fait. Un changement de discours qui n’est pas innocent. Yayi compte sur le Général Mathieu Kérékou pour 2011.

Affissou Anonrin

Lire aussi

4è gouvernement du Dr Boni Yayi : Un véritable panier à crabes : Enfin ! Le Chef de l’Etat, le Dr Boni Yayi a formé son gouvernement.
Malheureusement, l’éléphant annoncé est venu avec des jambes déjà cassées. Pour l’opinion publique, ce gouvernement dit de combat n’en est pas un, car il contribuera plutôt à accentuer la guerre des clans autour du Chef de l’Etat. Qu’est-ce que le peuple peut attendre d’un gouvernement de copains et de coquins ? Rien véritablement.
Lire la suite...
Remaniement ministériel : Liste complète des membres du 4è gouvernement de Boni YAYI
 A 8 mois des élections présidentielles de mars 2011, Le chef de l’Etat, Boni YAYI a procédé ce vendredi 18 juin 2010 à formation de son nouveau gouvernement. On y note l’entrée de 8 nouveaux ministres pami lesquels figure un fils de l’ancien Président Mathieu Kérékou. Le suspense aura duré plus d’an. La nouvelle équipe porte l’empreinte de la volonté affichée d’associer le plus grand nombre à la gestion des affaires au sommet de l’Etat en même temps qu’il témoigne de la mise en place d’une équipe de combat..
Lire la suite...
Un Zém et 3 gangsters abattus, 1 malfrat et plusieurs suspects arrêtés

Mercredi noir pour les populations d’Akpakpa, d’Avotrou et d’Agblangandan. Il sonnait 9 heures 45 minutes quand des gangsters armés jusqu’aux dents et à bord d’une voiture Carina3, suivant tactiquement un véhicule qui convoyait de l’argent, ont ouvert le feu sur un Pick-up qui les obstruait le chemin. C’était à la hauteur du carrefour le Bélier à Akpakpa en face de la société Tundé Motors à côté de trois institutions financières. La riposte des policiers, gendarmes et militaires situés dans les périmètres de cette attaque à mains armées ne s’est pas fait attendre. Des échanges de tirs bien nourris entre gangsters et forces de l’ordre s’en sont suivis. Les malfrats ont aussitôt abandonné leur voiture, faisant des rafales sur tout leur passage. Ils ont tiré à l’arme lourde, dans tous les sens, pendant près de deux heures d’horloge, faisant un blessé grave dans le rang des militaires. Dans leur fuite, ils ont froidement abattu un conducteur de taxi-moto communément appelé "Zém", arraché deux véhicules des paisibles citoyens et ont fait plusieurs blessés par balles dans le rang des usagers de la route. L’affront étant cinglant, les unités spécialisées de la police nationale (Recherches Assistances Interventions et Dissuasions de Philippe Houndégnon, Brigade Anti Criminalité de Samuel Atchou, Compagnie Républicaine de Sécurité de Babatounté Konfo et Brigade de la Protection du Littoral) et le groupement d’intervention de la gendarmerie nationale ont imposé leur diktat aux assaillants. La course-poursuite à laquelle se sont livrées les deux parties les a conduites dans les bas-fonds d’Avotrou et d’Agblangandan où les hommes sans foi, ni loi ont été sérieusement criblés de balles. Trois d’entre eux sont tombés sous les balles des forces de l’ordre. De sources policières, les tirs précis des forces de l’ordre ont obligé un gangster à jeter son AKM et à implorer la clémence des forces de l’ordre à l’ex champ de tirs de Sèmè-Podji. Arrêté, il a fourni des informations aux agents de sécurité qui ont poursuivi leurs enquêtes. Ils ont aussitôt effectué une descente en tenue civile au domicile des maîtresses des crapules sis à Akpakpa où ils ont découvert leur véhicule BMW d’immatriculation nigériane JB121-EKY. Tous les habitants de cette maison ont été arrêtés pour des raisons d’enquêtes et seront présentés dans les tout prochains jours au procureur de la République.
(Qutotidien Fraternité du 17 Juin 2010)

 

Page d'accueil