Portrait d'Amadou Raimi

AMADOU Raimi : Chevalier de la légion d'honneur de France

Portrait :

  

Né en 1949 à Porto-Novo au Bénin, Amadou Rouf Raimi, après des études primaires et secondaires au lycée Victor Ballot et son baccalauréat obtenu en 1970 à Libreville au Gabon, s’envole poursuivre son cursus en Europe.

Diplômé de l’Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC) en France, il intègre en 1976 le cabinet Deloitte. Son goût prononcé pour l’audit l’amène à passer son diplôme d’expert comptable et de commissaire aux comptes.

A l’école de l’audit, il renforce la rigueur et la méthode qui constituent pour lui des valeurs chères pour s’accomplir dans tout secteur d’activité. Au sein du cabinet Deloitte et après quelques pauses histoire de répondre à des consultations privées, il gravit les échelons.

Membre du comité de direction de l’audit de Deloitte France et responsable du département d’audit dédié aux grands clients de 1991 à 1997, il aura audité et conseillé

plusieurs entreprises françaises et internationales. De grands groupes tels que Alstom (au chiffre d’affaires de 18. 739.000.000 euros), Electricité de France (EDF) (64.279.000.000 euros), Renault/Nissan (12.011.000.000 euros), Pinault-Printemps-Redoute (PPR) (20.201.200.000 euros) ont bénéficié de son expertise. 

Parcours atypique 

Ses capacités  à assumer avec maestria ses responsabilités d’audit et de conseil de ces grosses cylindrées de l’économie mondiale lui valent la confiance du cabinet et confortent sa réputation de cadre modèle aux talents au-dessus de la normale.

Coopté associé du cabinet en 1988, il brigue avec succès la présidence du conseil d’administration en 2004. Un mandat qui lui sera renouvelé quatre ans plus tard. En juin 2007, il est élu par ses pairs, vice-président de Deloitte monde et préside le comité d’évaluation et de rémunération. Sous lui, le chiffre d’affaires de Deloitte France en 2008 avoisine les 750.000.000 euros, soit 491.957.750.000 de francs CFA, avec un effectif de 7.000 collaborateurs et associés dont 400 associés. 


Membre du conseil d’administration de Citizen Capital (Fonds de capital investissement indépendant), de l’International Metal Service (IMS, leader européen de la distribution d’aciers spéciaux) et du Cercle de l'Union Interalliée et du Club St James, Amadou Rouf Raimi est l’un des plus grands auditeurs du monde. Il affiche aujourd’hui un profil assez reluisant. Ce qui fait de lui un homme assez courtisé dans les plus grandes sphères financières. Il aurait décliné un portefeuille ministériel au Bénin. Loin de lui l’idée d’accepter ce biscuit qui le mettrait en conflit avec un environnement peu enclin à changer ses habitudes.

Avec une trentaine d’années dédiées à la rigueur, au progrès, à la perfection, l’homme ne se voit pas couver ce qu’il considérerait comme de l’absurde. Sa conviction est qu’il faut s’orienter vers une gouvernance de plus en plus ‘’comportementale’’ qui donne une place privilégiée aux valeurs, en termes d’éthique et d’exemplarité de comportement, à la compétence, au courage de pouvoir exprimer un point de vue contradictoire, à l’esprit d’indépendance. C’est la seule condition pour restaurer, selon lui, la confiance dans les hommes qui dirigent.

La gouvernance ne s’entend uniquement pas, à son niveau, comme une question de bonnes pratiques codifiées mais comme une affaire de ressources et de capital. « Un peu d’ordre et beaucoup de sagesse dans la conduite des affaires nous feraient sûrement beaucoup de bien à tous », défend ce père de trois filles.

A soixante ans, il préserve sa santé à travers la marche et a horreur de la boisson et du tabac. L’éternel sourire qu’il affiche fait de lui un homme assez charmant. Il dispose d'une grande expérience des instances de gouvernance des entreprises et est habitué à résoudre des problématiques complexes, selon sa fiche de présentation à Deloitte. 


Des qualités et services que le Président français Nicolas Sarkozy a officiellement reconnus. Le 14 juillet dernier, il n’a pas hésité à le gratifier de la plus haute distinction française instaurée par Napoléon : Chevalier de la légion d’honneur de France.

Source : africansucces.org