Obseques affo

Love Affo inhumée le week-end dernier à Aglogbè-Adjarra

Après plusieurs séries d’hommage les jeudi, vendredi et samedi dernier à Cotonou par des personnalités culturelles béninoises et étrangères, l’initiatrice du mouvement «Chokonawa» et de la danse de l’araignée «Yêyê Dingbo», Love Affo décédée le 1er février 2009 à été conduite le samedi 28 février dans sa dernière demeure à Aglogbé-Adjarra, à Porto-Novo.

L’inhumation de la jeune chanteuse béninoise de renom international, Love Affo a eu lieu samedi dernier à Porto-Novo. Plus précisément dans son village natal à Aglogbè dans la commune d’Adjarra. C’était en présence de plusieurs personnalités politico-administratives et d’acteurs culturels dont les artistes de plusieurs nationalités.

Plusieurs manifestations ont précédées l’enterrement. Il y a eu deux grandes veillées de prière et de chants respectivement le jeudi et le vendredi. Mais avant celle du vendredi, la dépouille mortelle a été conduite au Hall des arts, loisirs et sports de Cotonou où des hommages populaires ont été rendus à l’artiste disparue par une immense foule composée d’hommes et femmes de tous les secteurs et de diverses nationalités dont Béninoise, ivoirienne, togolaise, sénégalaise, camerounaise,…

Y étaient présents, Soumanou Toléba conseiller du chef de l’Etat à la culture, Richmir Totah, président de la fédération des associations d’artiste du Bénin (Faaben), plusieurs artistes dont Nel Oliver, Sagbohan Danialou, Stan Tohon, Vincent Ahéhéhinnou, Dossi, Pari Alex, Edou, les groupes H2o, Afafa, Ardiess, Terriba, Espoir, une forte délégation ivoirienne conduite par Gadji Céli, président de l’union nationale des artistes ivoiriens, etc.

La mort de Love Affo n’a laissé insensible personne. Au cours de cette séance d’hommage, les larmes ont coulé. Au fur et à mesure que se faisaient les témoignages sur la vie, les talents et les œuvres de la reine du «Chokonawa», le «débit» d’écoulement des larmes s’augmentait. Car, c’était pour les uns et les autres, une perte énorme. «La mort de Love Affo laisse un grand vide», déclare Soumanou Toléba. Pour ce denier, elle a su porter haut le flambeau du Bénin au-delà des frontières béninoises. Ses paires se demandent qui pourra conserver la prouesse que le Bénin a en Côte d’Ivoire grâce à cet artiste qui, en l’espace de moins de trois ans, est arrivée à retenir l’attention des «showmans» ivoiriens. «Ne s’impose pas qui veut en Côte d’Ivoire» a déclaré Gadji Céli. «Affo Love a laissé des traces indélébiles en Côte d’Ivoire.» a-t-il ajouté. A l’artiste béninois Nel Oliver de renchérir, «Affo Love a brillé comme une étoile filante. En un temps record, elle a fait rêver tout le monde et lui a filé entre les doigts.»

Après les hommages au hall des arts, loisir et sports, les artistes ont animés ce même vendredi soir, un concert à la place du souvenir de Cotonou. Le samedi, une messe de huitaine et d’enlèvement de deuil a été dite à l’église Bon Pasteur de Cotonou avant la cérémonie d’enterrement à Porto-Novo.

Blaise Ahouansè

LA NOUVELLE TRIBUNE

 

 

Article suivant