marche opposition

Tentatives de musellement de l’opposition  : Yayi interdit une marche du Nep-Mixalodo

La Nouvelle tribune du 20 Juillet 2009

La marche pacifique des femmes du Nouvel élan pour la patrie (Nep-Mixalodo), prévue pour ce samedi à Cotonou, a été interdite par le préfet, alors que la mairie a donné son accord de principe. Dans une motion de protestation, les femmes de cette formation politique, qui devraient descendre dans la rue contre la cherté de la vie et les actes de mauvaise gouvernance sous le régime du changement, ont dénoncé cette mauvaise pratique du président Boni Yayi et de son gouvernement. Elles appellent tous à la vigilance pour mettre en déroute le pouvoir en place. (Lire leur déclaration).


Motion de protestation contre le pillage de l’économie nationale et les actes de mauvaise gouvernance

. Considérant que l’Etat de délabrement et de ruine avancée dans lequel végète notre pays depuis des décennies est essentiellement dû aux actes de pillage des caisses de l’Etat et de gabegie orchestrée par une poignée de déprédateurs crapuleux ;
- Considérant que les libertés démocratiques qui ont permis l’avènement du régime de changement ont été conquises, parcelle par parcelle, d’un grand prix payé par le peuple béninois jusqu’au sacrifice suprême;
- Considérant le rôle historique et déterminant joué par les femmes béninoises dans l’avènement de la démocratie;
- Considérant que ces énormes sacrifices ont été consentis pour empêcher tout renouvellement de la barbarie, de la gabegie et du pillage de notre économie afin de permettre la purification du Bénin et sa renaissance sur des bases nouvelles et patriotiques;
- Considérant que l’élection du Président de la République, le Docteur Boni Yayi en Mars 2006 n’a été possible que grâce à son désir manifeste de réaliser le changement, désir affirmé dans tous ses discours et slogans d’antan: « Ça peut changer, ça doit changer, ça va changer » ;
- Considérant que le changement ardemment voulu par notre peuple  en marche pour son émancipation est contraire à : la corruption, la gabegie, le pillage, le régionalisme, le mensonge d’Etat, la violation des libertés démocratiques, le mépris des corps constitués de la nation, les discours mensongers, les fraudes électorales, la dictature et le fascisme que nous vivons aujourd’hui,
- Considérant que trois ans de gestion du pouvoir d’Etat par le régime du Docteur Boni
Yayi, n’ont aucunement entamé les maux ci-dessus stigmatisés bien au contraire, des scandales politico-financiers tels que: Affaire  CEN-SAD, Avion présidentiel, les marchés gré-à-gré,... viennent rappeler au souvenir des béninois que l’alternance de
2006 n’a été qu’une alternance de plus et que le début d’une ère nouvelle dans l’histoire du Bénin reste à marquer;
- Considérant que la gravité de la situation actuelle ne tient pas seulement de la perpétuation d’une gestion scabreuse et scandaleuse sous le changement mais aussi de la cherté de la vie que viennent aggraver les récentes augmentations des prix de l’eau, de l’électricité et de tous les produits pétroliers;
- Considérant que les affectations punitives, les interdictions de marches de protestation, les déclarations régionalistes d’exclusion, l’interdiction de parole et de mouvement aux non mouvanciers dans des régions déterminées, la répression sanglante des étudiants du Campus d’Abomey-Calavi et du Centre Universitaire de Porto-Novo, sont des actes constitutifs de tortures morales, d’atteinte à la liberté d’opinion et de fascisation du pouvoir d’Etat;
- Considérant que les femmes sont toujours marginalisées à l’ère du changement du Docteur Boni  Yayi  et leurs droits gravement bafoués plus que par le passé;
- Considérant qu’il nous faut à la tête de la gestion de notre pays, un homme courageux, digne et déterminé, n’ayant jamais trempé dans les scandales politico-financiers des régimes successifs qui ont dirigé notre pays et ayant fait preuve de sacrifice et du don de soi dans l’édification d’un Bénin démocratique.

Nous, femmes militantes de NEP-MIXALODO, organisatrices de la présente marche,
Condamnons avec la dernière rigueur:

- le pillage des ressources de l’Etat décrété par le régime du changement;
- le bâillonnement des libertés démocratiques;
- les affectations punitives;
- les interdictions de marche de protestation;
- les déclarations régionalistes d’exclusion, d’interdiction de parole et de mouvement aux non mouvanciers ;
- les actes de tortures morales;
- les atteintes à la liberté d’opinion; la répression des étudiants;
- la fascisation du pouvoir d’Etat.

Exigeons:
- la suppression de l’augmentation des prix des produits de première nécessité, en l’occurrence: l’eau et l’électricité;

- la revalorisation de la femme béninoise et sa présence dans toutes les instances de prise de décisions.
Invitons le Président du parti Nouvel Elan pour la Patrie, NEP-MIXALODO, Monsieur Paul GNIMAGNON, à être le candidat de l’espoir à l’élection présidentielle de 2011.

Lançons enfin un appel aux femmes, jeunes, élèves, étudiants, commerçants, artisans, ouvriers, intellectuels, universitaires, militaires, gendarmes, policiers et travailleurs de tous ordres ainsi qu’aux mouvements et partis politiques afin qu’ils s’unissent dans un même creuset pour réussir l’alternance alternative en 2011.

Cotonou le 18 Juillet 2009
Les Femmes militantes du Parti Nouvel Elan
pour la Patrie, NEP-MIXALODO