Interview

Témoignage de Aïcha Koné sur la reine du Chokanawa

«Affo Love était une fille que nous avions adoptée en Côte d’Ivoire»:

Rencontrée pendant le colloque sur le Festival mondial des arts nègres tenu à Dakar du 1er au 3 mars 2009, la star ivoirienne porte un témoignage exceptionnel sur Affo Love, artiste béninoise décédée le 1er février dernier à l’âge de 29 ans. La grande vedette parle également du showbiz ivoirien.
Comment se porte le showbiz ivoirien ?
Ça va. Ça va. Je vois pas mal de nos clips au Bénin. Ça veut dire vraiment que, il a y longtemps que l’intégration régionale fonctionne. Peut-être que parfois il y a des difficultés à certains niveaux si non la musique ivoirienne se porte bien. Elle est bien acceptée au Bénin. Nos jeunes sont souvent invités pour se produire à Cotonou et dans d’autres localités du Bénin. C’est bien encourageant tout ça.

Il y a beaucoup de jeunes béninois aujourd’hui qui sont dans le style ivoirien. Vous les y encouragez ?
(Rire)

Ecoutez. Les gens admirent ce que nous faisons. Moi, je préfère qu’un jeune béninois s’intéresse à ce qu’un Ivoirien, un Burundais, un Rwandais ou un Sud-africain fait que d’aller copier par exemple Johnny Hallyday. Ce n’est pas notre culture. Donc si entre nos jeunes frères et sœurs, ils peuvent profiter de leurs expériences mutuellement, je crois que ce n’est pas mauvais et après vous verrez que ils chercheront à se donner leur identité. C’est comme ça!  Moi j’ai été inspirée par Myriam Makéba. Ensuite, avec le temps et surtout l’expérience, j’ai exploité ma culture. C’est comme ça. Donc ça viendra aussi. Parce que moi j’adore aussi la culture béninoise. J’aime Sagbohan Danialou que j’adore! Pour moi, c’est un des grands compositeurs. Je connais bien Nel Oliver. J’ai travaillé avec l’orchestre Polyrythmo qui m’accompagnait tout le temps. Avec Bénin passion, on n’avait l’occasion de pouvoir se découvrir, se côtoyer. Il y a Gg Vikey que nous aimons toujours.

Parmi ces Béninois qui sont dans le style ivoirien, dans le décalé coupé surtout, il y a Affo Love qui est décédée récemment. L’avez-vous connu ?

(Elle devient subitement toute triste, le regard éteint, larmoyant)
Ah houè! Ah houè! Quand-même. C’est une petite que j’ai connue chez Freddy Assogba chez qui elle faisait ses arrangements. Elle m’appelait maman. J’ai suivi l’émission avec sa mère et sa famille à la télé. C’est triste. C’est touchant de voir des enfants vous quitté comme ça. C’est un désespoir que ça laisse dans la maison. Finir comme ça, à la fleure de l’âge, il n’y a rien de plus choquant. Mais qu’est-ce qu’on peut contre le Seigneur ? Qu’est-ce qu’on peut contre Dieu ? La mort de Myriam Makeba nous a touché mais elle touche moins parce que Myriam a eu le temps de vivre, de laisser quand même des traces. Mais Affo Love, elle avait quel âge ? Comprenez que j’adresse vraiment mes condoléances à tous les Béninois et à sa famille. Mais, c’est le monde culturel qui est éploré parce que c’est une petite que nous avions bien adoptée en Côte d’Ivoire. On l’aimait bien et ça a beaucoup choqué. C’est Savane Alla qui m’a appris le décès  de Affo Love par téléphone toute en pleur. Etant nourrice, j’ai cru un instant que c’était son bébé qui a un problème. Je lui est demandé: «qu’est-ce qui se passe avec ton bébé ? Qu’est-ce qu’il a ?» Mais elle me répond:
«Non maman, Affo Love vient de mourir.» J’ai aussitôt appelé Freddy Assogba qui m’a confirmé. C’est triste. Mais Dieu frappe là où il veut et quand il veut et comme il veut et il n’a de compte à rendre à personne. Vraiment, on se soumet. Et puis… il est miséricordieux, je me dis qu’il saura séché les pleurs de cette famille surtout de sa maman. 

           
Propos recueillis par Fortuné Sossa (BeninInfo)

Article précédent Article suivant

×