icc services

Perquisition hier du domicile de Tégbénou : Les premières grandes révélations sur Icc services 

Le Matinal du 9 Juillet 2010

L’affaire de placement d’argent dans laquelle plusieurs responsables de Icc services sont gardés à vue depuis deux semaines connaît un autre développement. Une deuxième perquisition a eu lieu hier, jeudi 08 juillet 2010 chez le Sieur Emile Tégbénou, le chargé des départements de l’Ouémé de Icc services du Plateau et d’importantes révélations ont été faites.

Le président Yayi Boni est décidé à voir clair dans tous les méandres du dossier Icc services. Ainsi, après une première perquisition le mercredi passé au domicile du responsable en charge des départements de l’Ouémé et du Plateau, un autre groupe des éléments des forces de l’ordre était à nouveau sur les lieux hier pour d’autres investigations. Plusieurs habitants de la maison du Sieur Emile Tégbénou auraient été interrogés. C’est suite logique des révélations faites par l’homme devant le chef de l’Etat. C’était aussitôt après son arrestation. Au cours de cette rencontre en effet, Emile Tégbénou très fâché de la façon dont le dossier était conduit jusque-là, la détention à vue de ses collègues du bureau et les moyens mis en œuvre pour le faire venir, n’a pas fait la langue de bois contrairement aux autres. C’est lui qui aura crevé l’abcès. Obligeant le président Yayi Boni à se séparer de son ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique très chouchouté Armand Zinzindohoué. Pour cette fois, les grands pasteurs, les chefs de couvent et les grands dignitaires des religions traditionnelles, fidèles à Zinzindohoué n’ont rien pu pour empêcher son départ précipité. Mieux, à partir des révélations du Sieur Emile Tégbénou prêt à tout pour mettre au clair tout ce qui s’est passé au point où le gouvernement a dû prendre ses responsabilités, d’autres importantes informations ont été découvertes. Du coup, le premier magistrat a rapidement initié une première investigation à Malanhoui où opère Tégbénou. Et après le point des résultats, une nouvelle sortie sur Malanhoui s’est révélée nécessaire. C’est ce qui s’est passé toute la journée d’hier avec le préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau, le commandant de la gendarmerie de Porto-Novo et un fort contingent des éléments des forces de l’ordre. Quelques résultats ont filtré de cette sortie marathon. Une partie non négligeable des fonds perdus est allée vers les pouvoirs publics à travers des dons, des opérations de sponsorings tous azimuts et sans contrôle aucun et des soutiens pour des manifestations populaires au sommet de l’Etat. Mais au-delà de ces opérations de charme pour consolider leur base, les grands responsables de Icc services se sont particulièrement montrés solidaires vis-à-vis des personnels des bars et débits de boisson. Selon un gendarme qui a pris part aux investigations, Emile Tégbénou et les autres distribuaient l’argent de leurs épargnants pour se faire populaire. Il poursuit ‘’ On nous a démontré que Tégbénou et autres donnaient régulièrement 100 000 f cfa et plus de pourboires cash aux servantes à chaque descente dans les buvettes’’. Plus grave, il n’y a pas réellement une comptabilité. Parce qu’en tant que patron de la structure de l’Ouémé et du Plateau, il était sensé comprendre la gestion qui se fait dans les agences. Mais, c’est totalement le contraire. Le fait qu’il ne soit pas allé à l’école et la plupart des agents sont presque analphabètes ont beaucoup joué dans la descente aux enfers. Et le plus sérieux, c’est que les quelques agents intellectuels des structures ont assez volé. ‘’ On change régulièrement un placement de 150 000 f cfa en 1.500 000 f cfa en ajoutant juste un zéro à l’avoir. Et la dette qui en résulte est à la charge du système mal géré’’ a précisé ce gendarme qui indique que les retombées sont empochées par ces gérants laissés à eux-mêmes. Et puis, il y a les irrégularités à la base des données. C’était une dame devenue maîtresse d’Emile Tégbénou qui gérait le fichier central. Elle a démissionné à un moment donné en laissant aussi une lourde dette. Très instruite avec une forte connaissance de la gestion, « cette dame aura été celle qui a le plus fait mal à la structure avant d’abandonner ses maîtres ». Il semble qu’une poursuite judiciaire sera enclenchée contre elle.

L’implication de l’Eglise du christianisme de plus en plus évidente

Il semble que la dernière sortie pour mieux comprendre le fonctionnement de Icc services a débouché sur l’information selon laquelle on ne peut totalement épargner l’Eglise du christianisme céleste. C’est dans la religion qu’on a recruté plusieurs responsables des agences qu’on soit à Porto-Novo, Cotonou ou Abomey-Calavi. Avec évidemment la recommandation des grands pasteurs. Sans oublier que les noms ainsi que les photos de certains grands dignitaires ont servi de moyens pour donner confiance aux épargnants. Mieux, les œuvres de bienfaisance qui se sont multipliées durant les deux dernières années lors des grandes manifestations dans les paroisses ont donné une certaine audience aux responsables de Icc services qui peuvent tout se permettre. Dans la foulée des révélations, on dit aussi que ces leaders de Icc services ont été rattrapés par leurs mauvaises prestations dans les placements d’argent en Côte d’Ivoire. Ainsi, quelques mois après le démarrage de l’opération au Bénin, un groupe de clients ivoiriens déçus serait arrivés à Cotonou pour rentrer dans leurs fonds. La situation qui a failli dégénérer et grâce à des soutiens au sommet de l’Etat, une partie non négligeable des remboursements a été opérée un soir quelque part sur une plage de Cotonou avec les avoirs des Béninois et sous l’œil vigilant des éléments des forces de l’ordre et certains grands pasteurs de l’Eglise. Des pots de vin auraient aussi été offerts à certains hauts gradés dans les mêmes sous. C’était déjà, dit-on, en ce moment que les problèmes ont commencé. Mais à cause de la masse importante d’argent amassée en un rien de temps, Icc services a continué à tenir tant bien que mal. Mais, c’est à partir de Porto-Novo que le mal va arriver suite aux dépenses de prestige inopportunes de prestige. Et de la base d’Abomey-Calavi qui s’en est rendu compte, la structure a connu sa première grande crise. Le Président-directeur général de Icc services s’est fâché de la façon dont Emile Tégbénou gère sa base de Porto-Novo où on était déjà proche de la cessation de paiement avec les clients qui attendent à longueur de journée avant d’être satisfaits. Et de bouche à oreille, l’information a fait le tour du pays. Quelques grands épargnants qui se sont organisés pour retirer leurs avoirs ont alors précipité la fin du système. Il reste, dit-on, un peu de sous mais des centaines d’autres épargnants ne peuvent plus rentrer dans leurs fonds et les agences ont commencé par fonctionner au ralenti. Jean-Christophe Houngbo (Br.Ouémé-Plateau)