grogne des diplomates

Mécontentement au ministère des Affaires étrangères : Les diplomates mobilisés contre le régime

Le Matinal du 20 Octobre 2009

En raison du mot d’ordre de grève de 48 heures déclenché à compter de ce jour par le Syndipat-Mae, la diplomatie béninoise restera paralysée, tant au siège que dans les missions diplomatiques et consulaires à l’étranger. Les diplomates sont gonflés à bloc pour ébranler le régime du Changement face à son refus d’abdiquer devant son projet de réfectionner l’ancien bâtiment central du ministère des Affaires étrangères au profit du ministère de la Fonction publique

Ça gronde à nouveau dans le ciel du ministère des Affaires étrangères. Les diplomates sont en colère et seront absents pour 48 heures à leurs différents postes de travail à compter de ce jour. Ceci pour répondre à l’appel du Syndipat-Mae qui a lancé un mouvement de grève pour protester contre l’intention du gouvernement de réfectionner l’ancien bâtiment central du ministère des Affaires étrangères au profit du ministère de la Fonction publique. Au regard de l’ambiance qui a prévalu hier lors de l’Assemblée générale organisée en prélude à ce mouvement, les troupes sont galvanisées pour en découdre avec le régime. Les deux parties sont à couteaux tirés à propos d’un édifice public qui avait servi de siège à la diplomatie béninoise. Face aux velléités du pouvoir de réfectionner les locaux et de les faire occuper par les agents du ministère de la Fonction publique, se trouve la farouche opposition des diplomates qui ont décidé de faire échec au projet. C’est pourquoi, ils se donnent les moyens d’atteindre leur objectif. La grève qui démarre aujourd’hui constitue un élément de pression pour faire reculer le gouvernement. Et la question qu’on se pose est de savoir, si celui-ci va abdiquer. La question tournée dans tous les sens appelle à souligner que le mouvement n’est pas parti pour être désamorcé, car les diplomates sont décidés à aller jusqu’au bout de leurs intentions. Or, le gouvernement ne compte pas se laisser dicter la loi par des agents qu’il a sous sa tutelle.

A partir de ce moment, il est loisible d’affirmer que c’est un bras de fer qui ne fait que commencer dans un climat social tendu justifié par les grèves tous azimuts dans l’administration publique pour diverses raisons. La somme de ces mouvements affiche un résultat qui renseigne sur l’instabilité sociale et la permanente agitation de droit de grèves qui ne sont pas susceptibles d’arracher le sourire à Yayi Boni et son équipe. C’est bien évidemment profitant de cette ambiance de plus en plus surchauffée que les diplomates ont décidé de se faire entendre, mais au-delà, ils ont pris la décision d’engager une lutte contre le régime. Déjà le 05 octobre 2009, par un sit-in qui a eu lieu dans leur ministère, ils ont tout paralysé. Cette fois-ci, le mot d’ordre lancé tient lieu d’un durcissement du mouvement. On s’attend à une longue série d’actions qui affecteront non seulement le siège de la diplomatie béninoise, mais aussi les missions diplomatiques et consulaires. Tout porte à croire que le mouvement sera largement suivi. On en est convaincu, au regard de la mobilisation observée hier autour de l’assemblée générale à travers laquelle les agents ont été aguerris pour ne reculer devant n’importe quelle manœuvre d’intimidation et de division. A la date d’aujourd’hui, il serait donc difficile pour le gouvernement de ne pas renoncer à ses intentions. Le durcissement du mouvement laissera à coup sûr du vide dans les chancelleries, ce qui entraînera d’énormes perturbations au niveau des activités diplomatiques. La diplomatie étant un secteur sensible dans les relations internationales, on se demande comment le régime du Changement peut s’en sortir sur des questions de coopération et de relations bilatérales et multilatérales. Le chef de l’Etat aura des difficultés quand il sera question d’entreprendre un voyage d’Etat ou de coopération. Il ne trouvera personne pour lui apprêter les dossiers. En clair, les conséquences que pourrait engendrer la paralysie du ministère des Affaires étrangères sont incalculables et donc très fâcheuses, voire négatives pour l’image du Bénin. Il sera alors, très réfléchi de la part du gouvernement de changer d’option et d’éviter d’enfoncer le clou par des interventions du genre « réponse du berger à la bergère », comme l’a fait recemment la direction de l’Habitat.

Fidèle Nanga

 

Lancement de la route Djougou-Ouaké Frontière Togo: La BOAD proteste, le gouvernement clarifie

Le lancement de la voie Ouaké-Djougou soulève un malentendu entre le gouvernement béninois et son partenaire qu’est la Banque ouest africaine de développement (Boad). Dans un communiqué à nous parvenu, la Boad a déploré le fait d’avoir été informée des travaux de lancement de cette voie au dernier moment.  Lire la suite

Classement mondial de la liberté de la presse : Le Bénin recule, la Ghana progresse

(De la 70 ème place en 2008 à la 72 ème en 2009) Le classement mondial de la liberté de la presse en 2009 est désormais disponible. Si l'on remarque que certains pays comme les Etats-Unis ont gagné des places (en l'occurence 20 places pour les USA), d'autres comme la France ou encore le Bénin ont reculé.
Lire la suite

Santé : Jacques Chirac lance un appel contre les faux médicaments

Au Bénin, l'ancien président Jacques Chirac lance un appel à éradiquer ce marché qui représenterait 10% du total des médicaments vendus.
Lire la suite...

France : Un Béninois élu 1er vice-président de l'Université du Littoral Côte d'Opale

Un Béninois vient d'être élu vice-président d'une prestigieuse université française, précisément l'Université du Littoral Côte d'Opale (Ulco) dans le Nord de la France. Il s'agit de Faustin Aïssi, professeur de Chimie à l'Ulco. Il était pressenti pour prendre la présidence de l'université, mais les données ont changé à la dernière minute au point où il a dû se contenter de se poste très stratégique
Lire la suite

Présidentielle de 2011 : Yayi fonde ses espoirs sur la diaspora

Après les sorties successives du chef de l’Etat dans les rues de Cotonou et dans les villes de l’intérieur du pays, les thuriféraires du régime du Changement ont décidé de mettre le cap de leurs opérations de charme sur la diaspora béninoise. Ils espèrent ainsi recueillir les suffrages des deux millions de Béninois vivant à l’étranger.
Lire la suite

Angélique Kidjo chante Makeba

Les 25, 26 et 27 septembre, la Béninoise Angélique Kidjo pilote au Cirque d’Hiver à Paris un hommage à la chanteuse sud-africaine Miriam Makeba, décédée en novembre 2008. En attendant le lever de rideau, Angélique Kidjo revient sur sa fascination pour "Mama Africa", qui a commencé au milieu des années 1960…
Lire la suite...
Conférence de presse du HCBE : Gabriel KOTCHOFA  parle de la mission qui lui est assignée

La salle de conférence du ministère des affaires étrangères a servi de cadre dans la soirée du vendredi dernier, à une rencontre du bureau du haut conseil des béninois de l’extérieur animé par son Président, Anicet Gabriel KOTCHOFA.
Lire la suite...

Malversations dans les grands dossiers d’Etat : L’intégralité de la version de Yayi Boni

Le chef de l’Etat, le Docteur Yayi Boni s’est prononcé le 1er août 2009 sur les questions brûlantes de l’actualité nationale et sur la crise économique et financière mondiale qui sévit dans le pays. Face à la gravité des malversations révélées dans des dossiers comme celui de la Cen-Sad, le Docteur Yayi Boni qui a reconnu sa responsabilité morale a présenté son mea-culpa au peuple béninois.
Lire la suite...

×