faux permis

Direction des Transports terrestres : 7000 faux permis découverts

Le Matinal du 14 mai 2009

 

On en sait davantage sur les raisons qui ont poussé le ministre des transports terrestres, des transports aériens aériens et des travaux publics, Nicaise Fagnon, à limoger l’ex-directeur général des transports terrestres, Albert Abloutan. Il serait responsable des 7000 faux permis de conduire qui viennent d’être livrés à la structure. Ces pièces qui n’ont rien à voir avec celles qui étaient souvent délivrées, souffrent énormément de mesures de sécurité, par conséquent facilement falsifiables.

A en croire certaines sources crédibles, 7000 faux permis de conduire sont stockés depuis quelques temps à la direction générale des transports terrestres (Dgtt). Cela est d’autant plus vrai qu’après la réception de ce lot de pièces, le chef service contrôle de la structure s’est refusé de viser l’arrivage. Il fait part alors de ses doutes quant à la qualité des permis livrés. Cette situation date de plus d’une semaine déjà et a même créé une ambiance fétide dans la maison. Les 7000 permis, constituent un premier lot sur un total de 40.000 déjà commandés et dont le reste sera livré dans les prochaines semaines. Mais tel que projeté, le processus ne pourra plus aller jusqu’au bout. Pas parce que le patron de la structure a été déposé par le conseil des ministres. Mais parce que des choses inadmissibles se seraient passées. Ce qui constitue, selon certaines indiscrétions, les sources de mécontentement du ministre en charge des transports terrestres Nicaise Fagnon qui en veut à l’ex directeur général de la structure. Aujourd’hui on découvre qu’il y a eu mal donne sur toute la ligne. C’est ainsi qu’on apprend que les conditions dans lesquelles le marché a été conclu sont floues et violent toute procédure en la matière au point de saper les mesures de sécurité afférentes à l’établissement de ce certificat. Le refus du chef service contrôle de donner son quitus pour réceptionner définitivement la marchandise a tôt fait d’intriguer les autres cadres de la structure. La nouvelle se propage.

Le ministre des transports terrestres Nicaise Fagnon, soucieux d’en savoir plus sur la question est parvenu à relever les imperfections contenues sur les cartes livrées. L’absence des mesures de sécurité pour protéger le permis contre les manœuvres de falsification constitue l’un des défauts majeurs qui, si l’on n’y prend garde, risque de jeter du discrédit sur le processus de délivrance de cette pièce. Or, il est de notoriété publique, qu’en la matière le Bénin est envié par les autres pays de la sous région. En effet, si l’on en vient à parler de faux permis, c’est parce que par exemple, ceux livrés et qui font objet de contestation ne sont pas frappés de l’armoirie de la République du Bénin qui, pour des mesures de sécurité est entièrement filigranée. De même, à en croire plusieurs techniciens de la Dgtt, les cartes que l’ex directeur a fait confectionner par le fournisseur souffrent de défauts techniques constitués d’éléments sensibles invisibles à l’œil nu mais visibles sous la lampe ultra violet ou au moyen d’un détecteur de faux billet. Face à de ci graves manquements aux mesures de sécurité sur le permis béninois, le ministre Nicaise Fagnon n’a pas hésité à couper la tête de Albert Abloutan. Et, il aurait eu raison de le faire au risque d’être taxé de complice dans ce dossier. Il devrait prendre cette décision depuis des mois, surtout au moment où des dossiers de demande de délivrance de permis de conduire ne souffrant d’aucune irrégularité sont restés sans suite durant des mois. Le ministre Nicaise Fagnon piqué par une colère a dû se rendre dans cette structure pour apprécier la situation et prendre les décisions qui s’imposent. Il a alors diligenté une mission de vérification pour savoir les raisons de la situation. Les éléments à lui produits, n’ont pas été favorables au directeur de la Dgtt. Quelques semaines plus tard, une affaire de faux permis éclate et l’instigateur se trouve être la même personne. Ce dossier constitue la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Nicaise Fagnon a tapé du point sur la table. De façon objective et dans l’intérêt du peuple béninois. Il n’était pas question de laisser cette affaire impunie. Il doit aller jusqu’au bout en enquêtant sur le fournisseur et ses intentions réelles, si ce n’est pas qu’il veut mettre à mal la crédibilité du Bénin.

FN

×