Affaire icc un ministre limogé

Le ministre Armand Zinzindohoué limogé : Candide Azanaï désigné pour assurer son intérim

Fraternité du 8 Juillet 2010

Qui l’eût cru ! Qui l’eût dit. Le Chef de l’Etat le Docteur B  fidèles compagnons. Le Tout Puissant ministre de l’intérieur, Armand Zinzindohoué a été relevé de ses fonctions. Il a été donc emporté par le fameux dossier Icc services. Cette rumeur qui a circulé tout l’après-midi d’hier a fini par se confirmer. Personne ne peut le penser quand on sait que c’est ce tonitruant ministre qui a pris le devant de cette affaire dès les premiers cris de détresse des clients de cette société de placement d’argent. L’arrestation des promoteurs de Icc services est à son actif. Le blocage des comptes des autres sociétés de placement d’argent a été possible grâce à ses actions musclées contre ces dernières. Mais qui peut croire à un moment que ce proche collaborateur du Chef de l’Etat avait des accointances avec ces responsables de sociétés de placement d’argent ? Et pourtant c’était vrai. De source proche de la présidence de la République, les enquêtes diligentées par le Chef de l’Etat ont mis à nu l’implication dans ce dossier du ministre Armand Zinzindohoué qui, selon les résultats desdites investigations, protégeait les responsables de ces structures.

Consciemment ou inconsciemment ?

Il a été question à ce niveau de responsabilité, des prestations des Forces de l’ordre. Ainsi, avec le ministre Zinzindohoué, les responsables de Icc services bénéficiaient non seulement de protections rapprochées mais aussi de permis de port d’armes. Cette situation vient donc corroborer la thèse selon laquelle, le ministre Zinzindohoué, patron des flics tirait des avantages de sa collaboration avec les promoteurs de Icc Services.

De sources proches du palais de la République, on apprend que d’autres têtes et non des moindres vont encore tomber. Ils sont nombreux dans le cercle religieux de la présidence de la République à bénéficier des pots de vin de la part des promoteurs de Icc services, surtout des conseillers et d’autres ministres. Ces sanctions permettront-elles aux différents clients de Icc services de rentrer en possession de leurs sous ? Le Chef de l’Etat devra en même temps qu’il punit ses collaborateurs impliqués, veuiller à ce que toutes les mesures soient prises pour le remboursement des sous de tous ceux qui ont placé leur argent. En attendant que la lumière ne soit totalement faite par rapport à ce dossier, c’est le ministre Candide Azannaï qui est appelé a assuré l’intérim du ministre relevé de ses fonctions. En attendant que la lumière ne soit totalement faite par rapport à ce dossier, c’est le ministre de l’industrie, Candide Azannai qui sont appelés à assurer l’intérim du ministre relevé de ses fonctions.

Emile Tègbénou fait des révélations

A chaque confrontation, une tête tombe. Après le face-à-face d’avant d’hier entre le ministre Victor Topanou et le Procureur général, Constant Amoussou qui a abouti à la suspension du second, le chef de l’Etat a encore procédé hier à une nouvelle confrontation. Cette fois-ci, c’est le responsable de Icc-Services Porto-Novo, Emile Tégbénou qui a mis à nu le ministre de l’intérieur Armand Zinzindohoué. Lors du huis clos qui l’a mis aux prises à la présidence, lui et son garde du corps d’un côté et le ministre Zinzindohoué de l’autre, il a fait d’importantes révélations. L’homme qui ne parle pas français a donné au chef de l’Etat, grâce à la traduction de son garde du corps, des précisions sur ses fréquentations et comment il est entré en possession d’un permis de port d’arme. Plus accablant pour le ministre Zinzindohoué, preuve à l’appui, il n’a pas caché que les gendarmes de la compagnie d’Adjarra sécurisaient ses locaux et que des enveloppes étaient perçues par le désormais ancien ministre de l’intérieur.

Parlant de son curriculum dans le secteur de placement d’argent, Emile Tégbénou a indiqué que c’est avec Guy Akplogan qu’il a fait ses débuts. Mais après l’échéance des trois premiers mois, il a confessé s’être inquiété de comment ils pourraient honorer les engagements pris à l’endroit des clients. C’est là, a-t-il continué, que Guy Akplogan a suggéré de prendre les dépôts des derniers déposants pour rembourser les premiers. Par la suite, il s’est libéré de Guy Akplogan et en 2008, il est devenu autonome. Et comment compte-t-il s’y prendre pour que ses clients entrent en possession de leur argent placé ? Le responsable de Icc-Services à Porto-Novo qui ne sait même pas le montant exact d’argent collecté et qui n’a pas d’investissement à l’étranger assure qu’il rembourserait ses clients avec les retombées d’un investissement de près de 3 milliards dans une entreprise de forage.

Qui a financé la journée de la femme à la présidence de la République ?

Plus on avance dans ce dossier Icc Services qui est désormais un scandale d’Etat, plus on découvre que c’est une affaire à mille facettes. De sources concordantes, on apprend que cette structure aurait contribué au financement de la célébration de la journée de la femme à la présidence de la République pour plusieurs dizaines de millions. Info ou intox ? Avec les deux têtes qui sont tombées dans ce dossier en l’espace de 24 heures, plus rien ne peut plus surprendre. Au contraire, les indices les plus persistants montrent que la " gangrène " Icc Services a atteint une proportion dangereuse. Des complicités à des niveaux insoupçonnés de l’appareil d’Etat sont plus qu’avérées et il faut que toute la lumière soit faite sur lce dossier. C’est le minimum que puissent exiger, en absence d’une preuve contraire, les populations victimes de l’escroquerie du siècle au Bénin.

Yayi ne doit pas s’arrêter en si bon chemin

Après le Procureur général Constant Amoussou et le ministre de l’intérieur, Armand Zinzindohoué, dont les têtes sont tombées dans la sulfureuse affaire Icc Services, le peuple béninois ne souhaite qu’une chose : que le chef de l’Etat Boni Yayi aille plus loin dans sa campagne de curage de l’écurie d’Augias. Ceci, à commencer par ses proches parents dont la complicité avec les responsables de Icc Services est aujourd’hui difficilement contestable. Car, selon les recoupements, c’est l’un des siens qui a introduit le sieur Tégbénou au ministre de l’intérieur Zinzindohoué et on apprend aussi que plusieurs personnes proches de lui flirtaient avec les gens de Icc services. Les populations désespérées attendent que d’autres sanctions tombent et que des mesures hardies soient prises pour contraindre les promoteurs des structures de placement d’argent à s’acquitter de leurs dettes.

×